[S’Informer] Le baluchonnage ou relayage expérimenté en France

Né au Québec en 1999, et faisant l’objet d’une marque déposée, le baluchonnage répond à un cahier des charges spécifique.

Ce dispositif consiste à remplacer un proche aidant par un intervenant professionnel unique, au domicile de la personne aidée, 24H sur 24H pendant plusieurs jours d”affilée.

baluchonnage

L’aidant·e peut ainsi s’octroyer du répit tout en laissant l’aidé·e sans craintes.

L’intervenant accomplit les mêmes tâches que ce·tte dernier·ère, évitant ainsi de perturber les repères de l’aidé·e.
Son intervention lui permet d’évaluer plus finement les capacités de l’aidé·e, et de repérer toute difficulté dans la relation “aidant-aid靔. Il pourra ainsi partager ses solutions et élaborer des stratégies avec l’aidant·e, lors de son retour.
Cette transmission est tout aussi importante que le temps de répit. Elle contribue fortement à l’accompagnement, au soutien, et la formation de l’aidant·e.

Plusieurs initiatives, inspirées de ce dispositif, sont déjà  menées localement en France. Ces solutions de relayage, déclinaison française du baluchonnage, se heurtent aujourd’hui au droit du travail. La réglementation en vigueur n’autorisant pas plus de 12h de travail d’affilée, elle contraint à se faire succéder plusieurs relayeurs.

Récemment validée par l’assemblée nationale et le sénat, la loi pour un “Etat au service d’une société de confiance”, pourrait faire évoluer ce dispositif.

En effet, l’article 29 permet de déroger au droit du travail et autorise l’expérimentation de la continuité du relayage au domicile par un intervenant unique pendant plusieurs jours successifs. Ces expérimentations, menées sur quelques années et encadrées, feront l’objet d’évaluations. Les conclusions de celles-ci seront donc suivies avec attention.

La baluchonnage : une solution de répit pour les aidants ? Un exemple d’expérimentation menée en 2017 ici