[Ils s’engagent] Claude Van Leeuwen, membre du collectif JNA

Claude Van Leeuwen est membre du Conseil d’Administration de la JNA et directrice d’Avec Nos proches

Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots votre parcours ? Votre fonction au sein de votre association ?
J’ai fait une école de commerce et j’ai travaillé dans une compagnie aérienne, comme responsable de différents services. En 2010, mon père est tombé malade, cela a provoqué en moi un électrochoc, j’ai pris du recul et une année sabbatique. C’est alors que j’ai eu envie de me lancer dans l’entrepreneuriat social, ce qui faisait le plus sens pour moi. Parmi les projets sur lesquels j’ai travaillé, il y avait une association qui proposait une ligne téléphonique d’écoute à disposition des personnes qui n’avaient pas accès à internet. Ce service n’avait pas de thématique particulière et de par ma situation personnelle et familiale j’ai pris conscience de l’intérêt d’une ligne téléphonique dédiée aux aidants. C’est ainsi qu’est née l’Association Avec nos Proches, dont je suis la directrice. Je suis en charge des relations avec le conseil d’Administration, le bureau et je m’occupe du pilotage des activités.
Quelles actions avez-vous mises en place pour accompagner les aidants? Quelles sont les missions de votre association?
L’association comprend un pôle de bénévoles-écoutants, en charge du recrutement et de la formation des nouveaux bénévoles, un pôle partenariat et un dispositif de communication sur lequel je travaille. Nous sommes une petite équipe et nous sommes de ce fait polyvalents. La ligne téléphonique est centrale et renvoie sur les téléphones des différents écoutants. Nous avons plus de 30 bénévoles écoutants sur la France.
Jusqu’à présent, la ligne téléphonique était une ligne nationale et depuis cette année, nous avons mis en place un projet sur 4 territoires pilotes, dont l’objectif est d’ancrer localement cette ligne. Ce projet nous permet de mieux comprendre comment fonctionne chaque territoire et de pouvoir informer plus précisément les aidants. Nous avons des bénévoles ambassadeurs qui ont des missions de groupe, en partenariat avec des structures locales, des écoles. Ils vont effectuer des missions de sensibilisation du grand public sur les aidants, dans la rue, les commerces. Par ailleurs, nous avons des délégués régionaux qui ont pour mission d’apprendre à connaître leur territoire et les structures attenantes, de participer à la dynamique territoriale, par exemple participer aux réunions de concertation avec les acteurs locaux comme les CLIC, les CCAS, etc…Des bénévoles sont ainsi formés à une meilleure connaissance des territoires et des acteurs, ce qui permet d’apporter une information plus précise, plus concrète et plus qualifiée aux aidants qui nous appellent.
Avec Nos Proches a 3 missions. La 1ère étant l’écoute et le soutien entre pairs, les écoutants sont tous des bénévoles et des anciens aidants. Le soutien du pair est très important car les bénévoles ont vécu des situations similaires aux aidants qui appellent et peuvent ainsi mieux les comprendre. Cela crée un espace de confiance et d’échanges qui est unique. La ligne téléphonique est accessible à tous et se fait dans l’anonymat, elle est ouverte de 8h à minuit y compris le week-end.
La 2ème mission d’ANP est de proposer de l’information et de l’orientation vers les dispositifs d’aide adéquats à la situation de l’aidant et de son proche.
L’accompagnement que nous proposons permet à l’aidant de prendre conscience qu’il a besoin de se préserver, de déculpabiliser et de l’aider dans ses démarches.
La 3ème mission de l’association est de faire de la sensibilisation, les aidants ayant encore trop peu conscience d’être aidants. Nous nous sommes aussi beaucoup impliqués sur la concertation de la loi Autonomie pour essayer de faire bouger les lignes.
Pourquoi et comment avez-vous rejoint le conseil d’administration de l’AJNA ?
En 2012, Avec Nos Proches a organisé un événement pour la Journée Nationale des Aidants en présence de Michèle Delaunay, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, dans l’objectif de rendre plus visibles tous les services mis à disposition des aidants et de montrer à quel point tous ces dispositifs sont complémentaires. C’est ainsi que nous avons co-créé cette structure à part pour qu’elle puisse porter cette journée nationale et pouvoir pleinement sensibiliser le grand public à la cause des aidants.
Pourquoi cette mobilisation est importante selon vous ?
Cette journée est importante car elle permet au grand public de se rendre compte de ce que c’est d’être aidant, mais aussi que leurs proches puissent mettre un mot sur ce rôle. L’aidant qui n’a pas conscience de ce terme ne peut pas aller chercher les structures d’aides à sa disposition. Cette sensibilisation est essentielle et permet aux aidants de se sentir moins seuls et de vivre cette situation le mieux possible. Cela participe aux mieux-être des aidants et des aidés. Par ailleurs, cette journée est l’occasion pour les acteurs de cet écosystème de se rapprocher et d’apprendre à se connaître.
Près de 60% des aidants ne savent pas où s’adresser pour bénéficier des aides auxquelles ils ont droit. Comment expliquez-vous ce chiffre ?
Je pensais même que ce chiffre était plus élevé. Les personnes qui nous appellent sont la plupart du temps au début de leur parcours d’aide et sont noyées sous une foule d’informations sans savoir quelle est celle qui va leur être utile. Beaucoup de dispositifs ne sont pas visibles, les formulaires administratifs ne sont pas faciles à remplir et l’organisation sur les territoires est très disparate, non pas au niveau départemental mais au niveau micro-territorial. Ce ne sont pas les mêmes acteurs d’un territoire à un autre qui sont en charge de l’accompagnement des aidants. Tout cela est d’une complexité incroyable et participe à rendre très opaques les dispositifs d’aide et par conséquent à décourager les aidants qui baissent les bras avant-même d’arriver au bout du processus. Il y a un manque crucial de coordination entre les structures à l’heure actuelle, j’espère vraiment que ce point va s’améliorer dans les années à venir.

Si vous souhaitez devenir bénévole de l’Association Avec Nos proches, participer au projet de clarification des territoires, ou devenir délégué régional : http://www.avecnosproches.com/et_vous/benevole-terrain/