Paroles d’aidants

Bonjour,
Je suis une ancienne aidante familiale, à ce titre j’ai connu les difficultés et l’isolement qui sont le quotidien des aidants Familiaux Je suis une ancienne aidante familiale, à ce titre j’ai connu les difficultés et l’isolement qui sont le quotidien des aidants Familiaux.
C’est pourquoi je me bats pour la reconnaissance des aidants et je suis bénévole dans un pôle de répit de la région Bordelaise.
Mais ce genre de structure est très rare et régulièrement l’actualité est ponctuée par des drames suicide, euthanasie etc…
Je veux dire à tous les aidants ce que vous faites est formidable !
Surtout ne vous isolez pas frappez à toutes les portes si besoin plusieurs fois, bouchez vous les oreilles et méprisez aussi certaines paroles prononcées par des personnes qui n’ont comme excuse que de ne pas connaître le sujet. Ce que vous faite est formidable, votre rôle est essentiel, continuez pour vous, pour vos proches et Merci

Colin

Je suis la maman de Grégoire qui est autiste, je ne travaille plus depuis 15 ans pour m’occuper de mon fils, le problème est que mon mari est tombé malade et du coup je cumule

Sophie

Nous avons du prendre la décision de l’entrée en maison de retraite pour notre père, on a beaucoup culpabilisé car il voulait rester chez lui mais sa maladie, Alzheimer, avait fragilisé son épouse et la situation était devenue difficile pour eux deux. Franchement ça fait un an maintenant et on a pris la bonne décision, ils vont très bien tous les deux.

Annie

Aider une personne handicapée devient avec le temps un acte naturel et à la longue, on ne s’en rend plus compte.
Le temps passé n’est plus quantifiable, une routine s’installe. Parfois aussi il faut se faire violence pour répondre au besoins exprimés, alors qu’on aimerait du repos et souffler. Concilier travail professionnel et travail d’aidant est aussi fatiguant et parfois on aimerait de l’aide quand le moral est bas, on se pose la question: et si j’étais à sa place, comment je ferais ?

Hassani

Je me suis occupée de maman pendant 12 ans, j’ai découvert que j’aimais beaucoup m’occuper de personnes âgées. Après le décès de maman j’ai suivi une formation et je suis devenue auxiliaire de vie.

Sylvie

Depuis 6 ans je maintiens ma maman à domicile, victime d’un AVC. Bien évidement les services d’aide à la personne font leur travail mais ce n’est pas tout car s’occuper d’une personne dans cet état est très prenant, voire usant et fatiguant…

Fronton

Faites vous aider ! Un conseil souvent proposé par les professionnels de santé. Ok pour l’aide à la personne, à l’entretien de la maison, cependant mon mari a des comportements imprévisibles qui ne permettent pas de programmer le moment opportun de l’aide. Aujourd’hui il se douche, il mange seul, il prend la décision de marcher (en proximité) puis au cours de la même journée ou dès le lendemain plus aucune initiative, il se trouve comme dans une impasse, impossibilité d’agir par lui-même : habillage, douche, prise du repas.. Conséquence: des changements d’humeur, qui nous déroutent tous les deux… L’ aide matérielle ne soulage pas l’aidant de cette charge émotionnelle toujours imprévisible mais qui laisse des traces affectives et physiques…

Rondeau

Mon mari a fait un AVC, durant 10 ans j’ai tenu bon et puis un jour j’ai craqué et j’ai décidé de m’occuper de moi. Mon mari a accepté d’aller vivre durant 3 mois dans un établissement et ce répit me donne un peu d’air et du coup on est ravi avec mon mari de se retrouver.

Laetitia