[Ils s’engagent] La JNA soutient la proposition de loi pour la reconnaissance des aidants

En janvier dernier, une mission parlementaire visant à reconnaître les aidants était menée par le député communiste des Bouches-du-Rhône, Pierre Dharréville. Cette mission préconise de jeter les bases d’un statut spécifique aux aidants et propose d’ouvrir des droits concrets pour les congés et la retraite des aidants. La proposition de loi a été rejetée par la Commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale le 21 février dernier .

Une loi pour une reconnaissance des aidants Pierre Dharréville proposait d’indemniser le congé de proche aidant pour un montant de 43,14 euros par jour. En effet, le congé de proche aidant mis en place avec la loi Adaptation de la Société au Vieillissement, n’étant pas rémunéré, n’est que très peu utilisé. Selon Dharréville, 30.000 personnes pourraient bénéficier du dispositif, et ce pour un montant de 250 millions d’euros par an. Le texte propose également de fixer la durée maximale du congé de proche aidant à un an par personne aidante pour chaque personne aidée.  Concernant l’assurance vieillesse, il préconise d’aligner les droits des aidants de personnes dépendantes sur ceux des aidants de personnes handicapées. (Voir video ci-contre)

 

Une proposition de loi rejetée

Si les députés ont dans l’ensemble salué le travail effectué par la mission et reconnu l’importance de la reconnaissance des aidants, la proposition de loi a été majoritairement rejetée. Les raisons invoquées étaient entre autres le manque de données suffisamment précises quant au coût d’une telle mesure, les questions de financement, ainsi que l’attente du rapport de Dominique Gillot (présidente du CNCPH – Conseil national consultatif des personnes handicapées) sur le sujet.

Pierre Dharréville a exprimé sa colère, en soulignant qu’il était temps de de passer aux actes: selon lui ” la loi ASV ne pouvait marquer qu’un début et nous arrivons à une situation de crise qui est vécue personnellement par chacun et chacune des concerné-es”. De nombreuses associations, dont la Journée Nationale des Aidants, ont par ailleurs apporté leur soutien à la proposition de loi. Elle sera rediscutée en séance plénière à l’Assemblée nationale le 8 mars 2018.